• Éducation populaire

    Depuis l'ouverture des jardins partagés en 2008, il nous était évident que nos savoirs allaient être transmis, que nous allions en acquérir de nouveaux avec la rencontre.

    En campagne (comme on dit en région quand on est parisien), de louer ou d'acheter un logement ne garantit plus du tout l'accès à un bout de terrain. C'est pourquoi nous avons proposé aux habitanTes de la vallée cet espace fantastique pour y faire nos expérimentations ensemble, avec enfants, avec potes, avec joie. D'expérimentations en expérimentations, nous sommes passé à un véritable jardin vivrier, habité, investi, choyé.

    En 2010, les Jardins de la Carotte Ébouriffée naissent sous l'impulsion d'Éva, salariée de l'association. Une mini-mare prend forme, une énorme butte en coeur et des petits plessis surgissent de terre.... Des classes de maternelle et primaire viennent nous rendre visite, le temps d'une journée pour clore leur année scolaire.

    Depuis cette année (2013), cette activité devient de plus en plus présente. Certes, nous sommes surtout paysans de nos montagnes, pour nous y nourrir nos ventres et nos pensées, pour nous lier au monde de la terre et des humains, aux habitants de tout poil et de toutes pattes. Mais au regard de la perte de savoirs et savoir-faire, du hors sol que nous impose un développement éffréné particulièrement agressif de cette fameuse terre et de nos vies hachées, nous sommes convaincuEs de la nécessité de transmettre. Surtout, nous disposons d'un espace magique, un pan de montagne perdu au fond d'une vallée, une aire de jeu presque illimitée qui nous pousse au partage.

    Alors voilà, nous réfléchissons et agissons dans le sens qui nous préoccupe, nous cherchons les moyens a-hiérarchique de ce partage avec petits et grands humains et notre implication dans divers réseau se précise...

     Éducation populaire

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :